23 mars 2013 ~ 4 Commentaires

44 ans de vie professionnelle… quel gâchis !

AVANT TOUT, je souhaite que tout un chacun se remémore ce qui est dans ce site, où l’injustice a conduit un enseignant de qualité au SUICIDE  :  http://bernardhanse.canalblog.com/   et cela s’est passé là où je vivais alors, du fait d’un Procureur de la « République » ( Serge Dintroz qui depuis a été « muté ») qui a agi avec moi tout comme il a agi avec Bernard Hanse, qui y a laissé sa vie, alors que l’adolescent qui l’avait mis en accusation a déclaré avoir menti… et ceci avec la COMPLICITE manifeste de Ségolène ROYAL, compagne du futur Président de la même « République »….

QUI FUT LE PLUS GRAVEMENT SANCTIONNE ???

C’est Bernard HANSE qui est MORT de cette injustice !!!!!

 

Pour ce qui me concerne, je suis toujours en VIE… mais à quel prix !

Pour résumer mon affaire dont vous trouverez tous les détails, y compris actuels ci-dessous, on peut la résumer ainsi  : en janvier 1995, je suis accusé d’avoir voulu EGORGER  un de mes élèves…. la presse, la Justice, l’Education Nationale réagissent TOUS à une vitesse stupéfiante et quelques mois plus tard, j’écope d’une DOUBLE peine, celle donnée par l’Education Nationale étant la plus grave…. en 1996, je dépose une demande d’amnistie par mesure individuelle auprès de la Présidence de la République, les faits qui m’étaient reprochés s’avérant FAUX….et j’en fournissais toutes les preuves….

Mais cette demande, pour aboutir, nécessite que l’Education Nationale fournisse un rapport « contradictoire » à laPrésidence pour que la Présidence décide….. à ce jour, alors que ma demande reste légitime et valable, l’Education Nationale n’a toujours pas fourni ce rapport….. et nous sommes plus de 16 ans après ma demande……..

Dois-je en arriver à ce qu’a fait Bernard HANSE pour retrouver l’honneur de mon NOM, d’autant que mon propre fils, Pierre, policier, porte ce nom et le transmettra à sa descendance  ????

 

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/20/1587084-gironde-le-lyceen-poignarde-par-un-camarade-toujours-dans-un-etat-critique.html#xtor=EPR-7

En janvier 1995, je me suis trouvé, alors enseignant, dans une situation qui n’est sans rappeler ce qui vient de se passer…..et où le pronostic vital d’un élève est engagé….

Il est même maintenant décédé !

Mais, contrairement à ce qui s’est passé mardi en Gironde, pour ma part, dès que  Cédric a commencé à menacer Stéphane de l’égorger, j’ai fait ce que j’ai pu pour éviter que ce drame n’arrive…. Et le drame n’est pas arrivé….

http://origines1.chez-alice.fr/affcout.doc

Or, dans le contexte que je vivais à l’époque dans mes rapports avec l’Education Nationale, on a interprété mon acte qui a consisté à sauver la vie d’un de mes élèves comme un acte d’agression, voire de folie à l’encontre de celui qui voulait égorger son camarade… et qu’on ne vienne pas me dire aujourd’hui que je fantasmais alors !!!!

J’ai été gravement sanctionné, ma vie a été brisée…. et, en 1996, j’ai introduit une demande d’amnistie qui a été reçu par l’Elysée…. sans que jamais il n’y ait eu de suites, ce qui est totalement illégal.

En 1998, Bernard STASI, Médiateur de la République, m’a appris, après enquête, que ma demande d’amnistie était BLOQUEE simplement parce que les services de L’Education Nationale n’avaient pas le temps d’établir pour la Présidence un rapport… ce qui ne m’a d’ailleurs en rien convaincu….

44 ans de vie professionnelle... quel gâchis ! scan11

scan100011

 

 

Depuis  cette époque, régulièrement, je vous relance pour obtenir Justice et Réparation….. ce que je réitère ce jour… devant un évènement qui montre à la France entière que ce que j’ai fait en 1995 était parfaitement justifié.

J’attends que ma demande d’amnistie qui reste toujours valable soit examinée, ENFIN, et qu’il me soit accordé réparation.

Avec mes respectueuses salutations

Michel FOURNIER

 

Message communiqué bien sûr aux intéressés, mais aussi à Christian, un de mes anciens collègues rémois… en même temps correspondant au journal L’Union »… de REIMS

 

Ses réponses…..

From: Christian

To: Michel FOURNIER

Sent: Thursday, March 21, 2013 12:00 PM

Subject: re: Info…

J’espère que cette fois-ci, ta demande aboutira.

Ce qui m’ennuie dans cette démarche

c’est que tu demandes l’amnistie pour un délit que tu n’as pas commis en réalité,

ce qui peut être considéré comme une acceptation de ta part.

L’idéal serait que soit reconnue ton innocence

ce qui, ipso facto, annulerait ta « condamnation » et éviterait que tu sois obligé

de demander l’amnistie…

Amicalement

Christian

 ____________________________________________________________________________

From: Christian

To: Michel FOURNIER

Sent: Friday, March 22, 2013 1:41 AM

Subject: Re: Info…

Je m’étonne quand-même.

En effet, je cite

« Le Revenu Minimum d’Insertion, créé par la loi du 1er décembre 1988, a pour but de garantir à chacun un seuil de ressources minimum.« 

Quand on dit à chacun, cela veut bien dire ce que ça veut dire. Fournier Michel faisait partie de ces « chacun » à l’époque.

Alors comment se fait-il que la Républiqueait abandonne l’un de ses concitoyens, fonctionnaire de surcroît, SANS CETTE RESSOURCE MINIMUM légale ?

Je n’ai trouvé aucun texte permettant d’exclure un « chacun » de la masse pour quelque motif que ce soit

Le législateur a voulu que chaque Français dispose d’un minimum vital.

Comment se fait-il que tu n’aies pas trouvé un moyen

pour que la République

- te verse les 24 montants mensuels de RMI auxquels tu avais droit et qu’elle a conservés illégalement ?

- te verse des dommages et intérêts pour le préjudice subi ?

J’avoue que je ne comprends pas !

Explique moi…

Christian

Ma réponse….

 

22 mars 2013

Bonjour Christian,

Je comprends ton étonnement… qui n’a eu d’égal que le mien…..  sauf que moi je l’ai vécu et le vis encore… tant la perversité du système est inimaginable….

Alors, pour que tu comprennes BIEN, je vais te faire un résumé de ce que j’ai vécu… et, mieux que bien d’autres tu sauras que ce que je vais raconter est VRAI….. et tu peux le divulguer à qui tu veux ( je dispose de tous les documents)… je ne crains plus rien !

Alors, commençons par le début…..

1968, je passe mon bac dans les conditions que tu connais….1969 , je m’inscris en Fac d’anglais et , là, on me « saque à mort » pour éliminer le maximum de ces étudiants qui ont obtenu leur Bac sans efforts du fait de Mai 68….

1969, je demande alors à devenir enseignant et écrit à l’IA… en septembre, je reçois un télégramme me demandant de me présenter au Collège St Memmie qui n’est même pas encore achevé…. J’y rencontre le Principal qui me demande de faire ce que je peux pour enseigner…

En janvier 1970, nous emménageons dans ce Collège… en mai, je reçois la visite du Principal accompagné d’un homme (Gommeaux)  que je ne connais pas. Cet homme me demande ce que je fais… «  De la grammaire » ….  Il me répond alors : «  mais , sur votre emploi du temps, il est écrit Lecture expliquée »… je lui rétorque : «  Mais comment faire de la lecture expliquée avec des élèves qui ne maîtrisent pas les notions de grammaire les plus élémentaires ? ». Il part aussitôt.

A la rentrée 1970, je découvre que je suis encore instituteur « suppléant » alors que j’aurais dû être « remplaçant »…. Je vais à l’IA et je découvre que cet Inspecteur m’a sanctionné de la sorte….

J’étais alors instituteur au Collège Croix Cordier de Tinqueux…. et je me fis très vite remarquer pour mon engagement sans réserves envers mes élèves…et le Principal tint à ce que je devienne membre du Conseil d’Administration…

1971, je passe mon CAP….. puis fait un stage avec Lacrouts ( et Lamblin) en 73/74 pour obtenir mon CAEI….

Quelques accrochages, alors, avec Lacrouts, notamment à propos des tests scolaires style NEMI et… Piaget…. mais en 1974, me voilà avec mon CAEI…

1975… directeur adjoint de la SES Maryse Bastié…puis du Collège Bourgoin Lamouche …

1977 ….adjoint à la même SES Bourgoin Lamouche (un formateur du centre CAEI allait prendre sa retraite et il a été affecté comme Directeur-adjoint !).

1978-79, stage de Directeur à Beaumont… obtention du diplôme avec la mention « très bien »… c’est Marin Tabouret qui m’avait incité à passer ce diplôme…

Septembre 1979… « faisant fonction » de Directeur de la SES Trois Fontaines… car, malgré mon diplôme, je ne remplis pas les conditions d’ancienneté pour être « directeur-adjoint »…

Mais, là, je m’ « éclate »…..  élaboration d’un projet pédagogique, mise en application de ce projet, rassemblement de moyens financiers pour la SES, de machines outils, etc….

Le projet avance et apporte des résultats indiscutables sur le plan de l’enseignement général…. et environ 1/3 de nos élèves ont retrouvé un niveau « normal »…. Ce qui commence à poser le problème de leur réintégration…

Reste que l’enseignement professionnel, notamment la mécanique, ne suit pas car le prof, Barthélémy, a SES convictions dont il ne veut pas démordre… en septembre 1983, je commence à tenter de lui montrer ses « décalages » pédagogiques par rapport au Projet… il fait appel à SON Inspecteur qui fait ensuite appel à Lacrouts qui vient me visiter….et découvre que le tiers des élèves a retrouvé un niveau « normal »…. «  Mais qu’allons-nous faire des professeurs si vous videz l’établissement de ses élèves »… il me demande de cesser le projet… et, en juillet 1985, une Commission disciplinaire rectorale décide de me retirer mes fonctions de Directeur de SES pour « ZELE INTEMPESTIF » et m’affecte comme instituteur spécialisé à l’Ecole Ravel.

Dès mon arrivée en septembre 1985, je commence à reprendre mes activités sur les mêmes bases et valeurs que précédemment… et petit à petit transforme l’école, en forme et en profondeur…. ce qui, au départ, ne pose aucun problème, d’autant que, dans le même temps, j’engage diverses actions avec les associations du quartier, avec la Mairie (Jean Falala était mon ami)  pour que ce quartier ne soit plus le ghetto que j’avais découvert…. Y compris en transformant la Kermesse de l’Enseignement laïque dont j’étais vice-président ( souviens-toi du défilé de 1989…. où l’Union m’a fait d’élogieux articles).

Oui mais, après un certain temps, mes propositions et initiatives commencèrent à poser problème à mes « collègues » car cela leur demandait de se remettre en question et aussi de remettre en question les directives qu’ils recevaient…

Petit à petit, une hostilité grandissante s’est fait jour, à travers des « détails » en apparence anodins mais qui consistaient à me « neutraliser »….

6 janvier 1995…. Alors que, avec mes élèves, nous travaillons sur la chanson «  L’Histoire de la Vie » du film « Le Roi Lion «  de Walt Disney  (http://www.youtube.com/watch?v=RWOXZxocuZs ), Cédric qui est déjà un élève très particulier ( on l’a mis à la porte de 2 établissements privés alors qu’il n’a que 8 ans) menace Stéphane de l’égorger suite à une dispute en récréation…..

Connaissant le Cédric en question et sachant ce dont il est capable, j’agis  en urgence « avec les moyens du bord »…. Et ceci devient ce que je nomme l’anecdote du couteau…. Car, pour moi, l’essentiel est que Cédric ait compris que son « projet » était négatif…

A midi, à la cantine, je parle de cette anecdote avec une collègue dont j’ignorais qu’elle était en traitement psychiatrique du fait du suicide de son mari quelques mois auparavant…

J’apprendrai plus tard qu’elle s’est empressée d’aller rapporter cette anecdote à la Directrice, à sa manière, et que la Directrice avait alerté l’Inspecteur de Circonscription, Alain-Jean Marais.

Celui-ci ne réagit pas… et la Directrice, alors, avise les représentants syndicaux du « danger » que je représente…. Mais personne ne bouge, les uns et les autres me connaissant.

Alors, le 26 janvier, la Directrice organise une grève pour contraindre Marais à venir dans l’école…. Ignorant ce qui se trame, j’arrive et prend en charge mes élèves…. sous le préau, à 8h 30… nous devions aller à une séance de boxe américaine dirigée par Coutelas…. dans un gymnase voisin…

Arrivant au portail de l’école pour nous rendre au Gymnase, nous découvrons que ce portail est fermé à clef… et on m’a retiré les clefs il y a quelques mois…. La directrice arrive et, sans autre explication, me dit que je dois rester là…. sentant un « coup fourré », j’enjambe le portail en laissant mes élèves pour aller informer Coutelas de ce qui se passe.

Le père de Cédric était encore devant l’école, se demandant ce qui se passait… il est reçu par la Directrice qui lui raconte, toujours à sa façon, l’histoire du couteau…. Le père se rend alors à l’UNION et là, on lui suggère d’aller déposer plainte et on l’accompagne au Commissariat.

Pendant ce temps-là, pour ma part, je rencontre Coutelas, je lui raconte ce qui vient de se passer, et je décide de partir, à pieds, chez des amis, dans un village voisin….…. ceux-ci m’accueillent, eux aussi dans l’incompréhension … et je leur demande la plus grande discrétion…

Le lendemain matin, mon ami Bernard me dit que je suis dans le journal l’UNION… et je vois l’article !!!!!!

Je décide, devant cette ignominie, de rester loin et de tenter de livrer des explications par courriers

Après une dizaine de jours, je reviens rue de Rilly… et ma femme avertit immédiatement la police qui vient me « cueillir » dans des conditions affreuses…

Garde-à-vue, interrogatoires…. Et le lendemain matin, on me relâche… et, oh surprise, dans l’UNION, tous les détails sur le contenu de mon interrogatoire !

Je serai VITE convoqué pour une audience au Tribunal correctionnel où des parents de mes élèves viendront pour me soutenir et me défendre, après avoir rédigé une pétition…

6 mois de prison, 5 ans d’interdiction d’enseignement et une amende à payer au père….

Je paie l’amende …. Je n’ai plus de boulot ( je suis suspendu) et j’ai ma famille à charge…. Je commence à m’informer et à « bricoler »….

Mais, contrairement au DROIT le plus élémentaire, l’IA en remet une couche (DOUBLE PEINE). Une commission disciplinaire est réunie où je suis présent mais incapable de dire un seul mot….et la sanction tombe : «  2 ans d’exclusion de fonctions sans rémunération »….

Comme toi, je ne comprends pas et c’est le Directeur de la MGEN qui me fera comprendre la VRAIE nature de cette sanction….

Je reste FONCTIONNAIRE mais je n’ai plus le droit de travailler et donc de percevoir mon traitement pendant DEUX ans…. alors, je peux démissonner .. mais c’est à moi de décider….

J‘ai alors 46 ans….. et j’ai ma famille à charge….ma retraite est pour dans 9 ans…. je dispose d’un logement de fonctions…et je n’ai aucune perspective d’un nouvel emploi….

Alors, je me mets à des petits boulots… je n’ai pas droit au RMI puisque je suis toujours « fonctionnaire » !!!!

En septembre 1997, après les deux ans, on m’affecte à la Cité Universitaire Paul Fort…. En décembre, la Directrice me fait « virer »… l’IA m’affecte alors en juin au CIO à St Rémi… je n’y ai rien à faire et me mets en congé maladie avec la « complicité » d’un ami psychiatre. Entre temps, mon épouse m’a quittée en me laissant la charge entière et exclusive de mon fils Pierre….

Rentrée 1998…. Je suis toujours dans mon logement de fonctions, attendant une décision du Conseil d’Etat… mais je n’ai aucune affectation….La Mairie de Reims me contacte pour savoir ce que je deviens….je n’ai rien à lui dire…. Mais je suppose qu’elle se met en rapport avec l’IA…

En décembre 1998, alors qu’un Juge vient de décider le placement de mon fils au Foyer Ste Chrétienne d’Epernay, il paraît que l’IA m’a envoyé une affectation par « recommandé »… JE NE L’AI JAMAIS RECUE…. Mais, dès le mois de janvier 1999, plus de salaire….

Je m’informe et j’apprends que l’IA m’a envoyé une affectation et que, dans la mesure où je ne m’y étais pas rendu, on avait décidé de me « radier des cadres » pour « abandon de poste »… alors que le droit français faisait OBLIGATION à l’IA de m’envoyer un deuxième recommandé !!!!!

Pour nourrir Pierre, je vais aux Restos du Cœur, chez les Protestants et autres associations caritatives…. et engage une procédure devant le Conseil d’Etat… avec l’aide d’un avocat parisien qui, devant la nature du dossier, n’hésite pas à me défendre gratuitement…

Mais LUDOT, mon propre avocat, avait fait deux GRAVES conneries incompréhensibles qui ont conduit à l’annulation de mes doléances PARFAITEMENT justifiées….

Alors, le Conseil d’Etat, en décembre 2005, m’a débouté…. J’ai pris alors mes dispositions : mon fils était majeur, il pouvait se passer de moi…. Et, en avril 2006, au même moment où la Mairie de Reims ordonnait mon expulsion, je quittais mon logement de fonctions pour m’installer en Crète…bénéficiant de ma retraite ( modeste) depuis juin 2004…

Mais la Mairie ne m’a pas lâché et j’ai dû alors m’acquitter de 12 400 euros au titre des loyers, du chauffage et autres fantaisies….

Voilà, Christian, un résumé de ce que j’ai vécu…. Tu n’auras aucune difficulté à tout vérifier et, au besoin, je puis te communiquer tous les documents….

Tu comprends que ma demande d’amnistie, dans ce contexte, est la seule possibilité qui me reste…

Amitiés

Michel

bd-education

 

 

fichier pdf Présidence République 29042013

fichier pdf Ministère Justice juillet 2013

 

Agii Deka le 15 juillet 2013,

Monsieur le Président de la Républiquefrançaise,

Monsieur le Premier Ministre du gouvernement français,

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la « Justice »,

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,

Hier 14 juillet a eu lieu un magnifique feu d’artifice à Paris sur le thème «  LIBERTE , EGALITE, FRATERNITE ».

A cette occasion, on a rappelé, en le voulant de manière Universelle, l’attachement dela Franceaux Droits de l’Homme….

Quelle superbe hypocrisie…. et je vais UNE FOIS de PLUS le DEMONTRER  !!!!!!!

Le 29 avril dernier, je recevais un courrier de la Présidence(PDR /SCP/BAS/B046480) où on me disait que ma demande d’amnistie qui date de 1996 allait être soumise au Ministère dela Justice….

Ce jour, je reçois du Ministère dela Justice(référence manuscrite : 20I3I0039185) un courrier  LACONIQUE daté du 21/06/2013 qui me dit strictement ceci :

«  Monsieur,

Vous avez présenté un recours en amnistie au Président de la République.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que, faute de renseignements suffisants concernant votre demande, aucune suite n’a pu être donnée à votre requête »

COMMENT ???????   «  faute de renseignements suffisants » ????  Mais de qui se moque-t-on dans votre pays ?????

Depuis des années, je communique TOUS les renseignements concernant cette affaire, y compris sur internet ….. il est loisible au Ministère de la Justice, s’il est bien de la « Justice », de demander tous renseignements UTILES auprès de l’Inspection Académique dela Marne, du Rectorat de l’Académie de Reims, du Ministère de l’Education Nationale……

Il est loisible au Ministère dela Justicede comparer ensuite les informations ainsi recueillies avec celles que je ne cesse de communiquer et que je rappelle ici, toutes authentifiées par les documents dont je dispose :

http://origines1.chez-alice.fr/affcout.doc

http://educationnationale.unblog.fr/

Ces liens en disent long sur les fameux « renseignements » déclarés « insuffisants »  et révèlent plutôt que des renseignements sont LARGEMENT suffisants pour mettre en évidence la GRAVE CULPABILITE de l’Etat Français dans cette affaire…. comme l’avait d’ailleurs déjà révélé en 1998 Mr Bernard STASI, alors Médiateur dela République….

La question persistante est donc celle-ci : pourquoi le ministère de l’Education Nationale ne transmet-il pas les « renseignements suffisants », et cela depuis 1996, soit 17 ans, alors que je renouvelle ma demande depuis maintenant 17 ans  et que, de ce fait, elle est toujours légale et légitime???

Aurait-il, LUI, le Ministère de l’Education Nationale, des choses graves à cacher ??????

Et pour les cacher, recourt-il à la complicité des Ministères de la Justice, de l’Education Nationale qui pratique l’Omerta, des Services du Premier Ministre, dela Présidence dela République….etc… etc…. et donc du Ministère dela Justice qui, par le biais du Procureur  rémois de l’époque, a agi dansla PRECIPITATION sans se donner le temps pour examiner les tenants et aboutissants de cette affaire, comme il est d’usage qu’il le fasse ????

Tout ceci est consigné dans les documents que j’ai en ma possession et que vous ne pourrez NIER….

Alors je viens TOUS vous informer par la présente que je vous accorde un dernier SURSIS : si, d’ici le mois d’octobre 2013, je n’ai pas obtenu une réponse POSITIVE ( ce qui me permettra d’obtenir des dédommagements tout à fait légitimes), alors je saisiraila Courde Justice Européenne contre l’Etat Français dans son ensemble…..

Si vous n’avez pas les renseignements suffisants, je me ferai un plaisir pour ma part de communiquer les miens àla Courde Justice Européenne qui, elle, saura les reconnaître comme « suffisants » et prononcer la condamnation de votre Etat….

Ceci est mon dernier avertissement, sachez-le….

Avec mes salutations humanistes et fraternelles (et moi, je puis le dire en pleine conscience)

Michel FOURNIER Crète  (si vous tapez ces trois mots sur Google, vous en saurez plus sur moi )

http://messaraberceaudelhumanit.unblog.fr/

_____________________________________________________________________

 

Agii Deka le 16 juillet 2013,

Monsieur le Président de la République française,

Monsieur le Premier Ministre du gouvernement français,

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la « Justice »,

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,

Je tiens à revenir sur le courriel que je vous ai adressé hier à propos du courrier reçu du Ministère de la Justice… ceci après avoir rencontré mes avocats dans l’éventualité d’une plainte devant la Cour de Justice Européenne…. et nous avons dégagé les points ESSENTIELS….

-         Ma demande d’amnistie est toujours VALABLE puisque régulièrement, je me suis rappelé à vous…. depuis 1996…

-         Le Médiateur dela République, en1998, a donné de claires explications sur la véritable nature du « problème »

-         L’argument invoqué par le Ministère de la Justice n’a strictement aucune valeur juridique puisque les «  renseignements » contenus dans les dossiers de l’Etat sont accessibles à l’Etat (Inspection Académique de la Marne, Rectorat de Reims, Ministère de la Justice) et que je détiens toutes les pièces afférentes au dossier.

-         Si l’amnistie avait été prononcée en 1996, voire même en 1997, je n’aurais eu en aucune façon à subir des sanctions illégales et illégitimes comme celle de ma « radiation des cadres » en janvier 1999…. ce qui a eu dans ma vie de l’époque et même aujourd’hui, chaque mois (retraite amputée) de graves conséquences.

-         Ces sanctions injustifiées portent GRAVEMENT atteinte à l’honneur de mon nom de famille, et donc à mes ascendants dont mon propre père qui fut un homme irréprochable… ainsi qu’à mes descendants dont mon fils qui est policier…

-         Toutes les preuves sont là pour affirmer que l’Etat français, en dépit de mes multiples « relances », n’a jamais fait ce qu’il avait à faire en la circonstance… c’est-à-dire rendre la Justicedans une affaire à l’évidence « truquée »… sur TOUS les plans….

-         L’impact « social » de ces sanctions injustifiées est GRAVISSIME car un enseignant animé d’excellentes intentions a été BRIME pendant des années par l’Etat, ceci faisant perdre toute autorité aux autres enseignants qui, de ce fait, ne peuvent plus réagir en classe quand il le faut et finissent même par être eux-mêmes agressés…. verbalement ou à l’arme blanche…

Je me contente là de vous livrer les points essentiels de cette affaire, tous étayés par des documents impossibles à contester dont je puis vous faire parvenir les copies sans problème….afin que vous mesuriez la GRAVITE de VOTRE situation….

http:/origines1.chez-alice.fr/affcout.doc

http://educationnationale.unblog.fr/

Avec mes salutations humanistes et fraternelles

Michel FOURNIER Crète

______________________________________________________________________

fichier pdf Présidence République 17072013

Agii Deka le 23  juillet 2013,

Monsieur le Président dela République française,

Monsieur le Premier Ministre du gouvernement français,

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la « Justice »,

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,

Je reçois ce jour un courrier en date du 17 juillet, en provenance de Mr le Chef de Cabinet du Président de la République, signé « Isabelle SIMA » ( Réf : PDR/SCP/BAS/B046480) où il m’est assuré qu’il a été pris connaissance de mes préoccupations avant de les rappeler à Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice….

Or la réponse de Mmela Gardedes Sceaux, en date du 21 juin 2013, fut très laconique et dépourvue de fondement : «  faute de renseignements suffisants concernant votre demande, aucune suite n’a pu être donnée à votre requête ».

Je vous ai fait alors part de mes remarques, confortées par les avis de mes avocats, sur l’argumentation fallacieuse de Mme la Garde des Sceaux…. puisque , dans divers Ministères de votre gouvernement, il y a des dossiers me concernant et qu’ils sont TOUS accessibles à la Justice…. et, qu’à défaut, il suffit de consulter mon blog ou de me demander des documents pour pouvoir disposer de renseignements suffisants !

Je maintiens donc mes affirmations consistant à dire que le Ministère de la Justice n’a pas agi conformément à ce que la Justice et tout simplement l’ETHIQUE, imposent….. et qu’à ce titre, il y a là une grave FAUTE de votre Etat….

Je ne puis que réitérer ma demande, avec encore plus d’insistance, en vous priant de donner des consignes strictes au Ministère de la Justice afin que cette affaire soit enfin réglée.

Michel FOURNIER Crète

________________________________________________________

Agii Deka le 26 juillet 2013,

Monsieur le Président dela Républiquefrançaise,

Monsieur le Premier Ministre du gouvernement français,

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la « Justice »,

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,

Je viens vous apporter une précision « de taille » qui pourrait expliquer ce qui se passe avec le Ministère de la Justice…. en plus de ce que je vous ai déjà précisé concernant le Ministère de l’Education nationale….

Il vous faut savoir qu’en mars 1998, alors que je tentais d’obtenir cette fameuse amnistie, alors que j’étais engagé dans une affaire de divorce qui aurait pu très mal tourner pour mon fils et moi-même si je n’avais pas résisté comme je l’ai fait, allant jusqu’à interpeler Mme Guigou, Ministre de la Justice de l’époque ( mais mon fils Pierre, maintenant policier, a tout de même été placé arbitrairement pendant 6 mois au Foyer Ste Chrétienne d’Epernay), je me suis dévoué à la cause de Mr DJABEUR, cause qui a été reconnu JUSTE parla Cour d’Appel de Paris en juin 2001…

http://affairekhader.unblog.fr

L’attitude du Procureur de la République de l’époque, Mr Serge DINTROZ , fut pour le moins « étrange » puisqu’il alla même jusqu’à affirmer dans un courrier des contre-vérités flagrantes, tandis que les 4 policiers mis en cause, devant la Courd’Appel de Reims tenaient des propos « délirants »….

Ceci expliquerait-il cela ?????????

C’est à vos Services de donner réponse à toutes ces questions qui, à l’heure de la volonté affichée de MORALISATION de la vie publique et de l’Etat, posent de véritables et graves problèmes, tandis que l’on peut supposer sans risque que j’aurais été le « fusible » que l’on aurait fait sauter pour préserver cet Etat en contradiction avec lui-même par ses affirmations péremptoires tenues devant des citoyens désinformés de la REALITE…

Pour que vous compreniez davantage qui je suis, je vous invite à regarder cette vidéo où vous me verrez apparaître à partir de la 16ème minute (mais ce qui est dit avant ne pourra que vous intéresser puisque vous y verrez les origines du nazisme)

http://www.dailymotion.com/video/xot4pk_museum-secrets-athenes_webcam

Michel FOURNIER Crète

http://messaraberceaudelhumanit.unblog.fr/

 _____________________________________________________________________

Agii Deka le 28 juillet 2013,

Monsieur le Président dela Républiquefrançaise,

Monsieur le Premier Ministre du gouvernement français,

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la « Justice »,

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,

Je vous invite à lire attentivement cet article qui en dit long à la fois sur les éventuels « aspirants » au métier d’enseignant et sur les méthodes employées par l’Etat français pour « boucher des trous » en recrutant par les moyens les plus sordides….. alors que la conclusion de cet article est la seule VERITE qui soit acceptable….

«  L’enseignement est aujourd’hui plus que jamais devenu un véritable métier de passionnés. «

http://www.planet.fr/societe-4-20-une-note-suffisante-pour-etre-admissible-au-concours-de-professeur-des-ecoles.397844.29336.html?xtor=ES-2-380027%5BPlanet-Week-End%5D-20130728

Mais ne pensez-vous pas qu’en fonction de ce que l’Etat fait vivre aux enseignants depuis des décennies…. (et je suis très bien placé pour en parler….. puisque vous devriez maintenant avoir mon dossier entre vos mains) , que VOUS avez découragé les « passionnés » de l’enseignement et avez créé ainsi cette désaffection que vous tentez de combler avec des moyens sordides….

Croyez-vous qu’en agissant ainsi, vous allez assurer l’avenir des générations futures ?

A titre indicatif, mes petits-enfants, âgés de 8 et 12 ans, n’ont jamais entendu parler de la « preuve par neuf » et c’est moi qui ai dû la leur enseigner !!!!!!!

Michel FOURNIER Crète

____________________________________________________________

Agii Deka le 29 juillet 2013,

Monsieur le Président dela Républiquefrançaise,

Monsieur le Premier Ministre du gouvernement français,

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la « Justice »,

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,

http://www.liberation.fr/societe/2013/07/29/manuel-valls-deplore-une-crise-de-l-autorite_921448?xtor=EPR-450206

Je partage totalement l’avis de Monsieur le Ministre de l’Intérieur, à cette nuance près que, entre autres et plus que d’autres, depuis des décennies, l’Etat français a largement contribué à la perte de l’autorité des enseignants, y compris des enseignants les plus « zélés » qui se sont vus sanctionnés pour « zèle intempestif » comme je le fus…. en 1984/85….

Tant que votre Etat n’aura pas fait « amende honorable » sur ses erreurs passées, vous entretiendrez ce manque d’autorité … et montrerez ainsi votre superbe IGNORANCE puisque même PLATON vous avait prévenus, il y a 2500 ans bientôt !!!!!

Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien et de personne, alors,
c’est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie.

PLATON

Et faites la distinction entre « potestas » et «  autoritas »…. pour voir quelles graves contradictions votre Etat a généré….

Michel FOURNIER Crète

________________________________________________________________________

Ce courrier qui date de 1997 est la PREUVE absolue que c’est le Minsitère de l’Education Nationale qui a BLOQUE ma demande d’amnistie en ne fournissant pas le rapport qu’il devait remettre à la Présidence de la République :

1997-rapport-education-nationale

 C’EST DONC L’EDUCATION NATIONALE QUI EST COUPABLE

PUISQUE DEPUIS 16 ANS, ELLE N’A PAS FOURNI CE RAPPORT A

 LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

et c’est Michel FOURNIER qui en paie toujours les conséquences.

Où est cette fameuse éthique dont le Ministre de l’Education Nationale nous parle depuis quelques mois ?

Dernière nouvelle par un courrier reçu ce jour daté du 3 octobre 2013

  courrier-presidence-octobre-2013

DE QUI SE MOQUE-T’ON ???????????????????????

  3 janvier 2014….   Je reçois un courrier daté   du 26/11/2013 en provenance de la Direction des affaires criminelles et des Grâces… Bureau E.3 N° F00721R2013g

Le texte

Monsieur

Vous avez présenté une requête en amnistie par mesure individuelle.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que votre courrier a été transmis au Ministère de l’Education Nationale compétent pour la suite à donner.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinquées.

Pour la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

 Envoyé par mail à l’Elysée et à Matignon le 10 janvier 2014 :

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

Monsieur le Ministre de l’Education,

Madame la Ministre de la Justice,

 

J’ai reçu ce 3 janvier 1914 une lettre de la Direction des Affaires criminelles et des Grâces un courrier LACONIQUE à propos de ma demande d’amnistie par mesure individuelle qui date de 1996….

Bureau E.3 N° F00721R2013g

Le texte

Monsieur

Vous avez présenté une requête en amnistie par mesure individuelle.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que votre courrier a été transmis au Ministère de l’Education Nationale compétent pour la suite à donner.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Pour la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le 21 juin 1013, j’avais reçu un courrier du même bureau me disant :

« Monsieur, vous avez présenté un recours en amnistie au Président de la République.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que, faute de renseignements suffisants concernant votre demande, aucune suite n’a pu être donnée à votre requête. »

 

A la réception de ce courrier de juin 2013, je vous avais fait part de ma surprise et même de ma COLERE car votre gouvernement, EN THEORIE, dispose de tous les éléments suffisants car EXISTENT, à ma connaissance, les archives de la République, celles de l’Education Nationale, celles de la Justice…..et les archives des médias….

 

Que dois-je déduire de ce courrier du  26-11-2013 ???? Avez-vous réellement demandé à l’Education nationale les « éléments suffisants » ou n’est-ce qu’un courrier pour tenter de calmer ma COLERE parfaitement justifiée ????

 

J’attends une réponse claire et définitive car cette affaire où je suis totalement innocent de ce pour quoi je fus condamné dure depuis 1996…..

 

Au besoin, les « éléments suffisants » sont ici….. et je puis mettre à vos dispositions tous les documents y afférant

Michel FOURNIER Crète

 

Monsieur Hollande,

Je vous avais prévenu en décembre dernier, en fonction des stupidités écrites que j’ai pu recevoir de vos services et de ceux de Taubira, que j’allais agir à ma manière…..

Depuis deux semaines, vous ne pouvez que constater ce qui VOUS arrive, et cela concerne tout autant votre fonction que votre personnalité….. ce que je vous avais annoncé….

Voici un message qui fait en ce moment même le buzz sur le net… avec, de surcroît, la communication de tous ces documents que vos services ministériels prétendent ne pas détenir…… et ce n’est pas votre intervention de ce jour qui pourra changer quoique ce soit car si je suis « pauvre », c’est de VOTRE fait désormais…..

Il vous reste 3 semaines…..

Agii Deka le 28 août 2014

Madame la Ministre de l’Éducation Nationale,

Permettez-moi d’abord de vous présenter mes félicitations….. et tous mes vœux de réussite pour rendre à l’Éducation Nationale nombre des valeurs qu’elle a connues il y a des décennies, valeurs que j’ai défendues et valorisées par pure vocation, quoiqu’il m’en ait coûté de la part de votre Ministère.

Je viens d’adresser ce mail à Monsieur le Président de la République et je pense qu’il est honnête de ma part de vous en informer…

Voici le message : 28 août 2014

« Monsieur le Président de la République,

De la même manière que je vous avais averti en décembre dernier que j’allais faire en sorte que vous alliez « payer » votre incompétence à régler mon problème de demande d’amnistie qui remonte à 1996 et qui ne peut aboutir parce que le Ministère de l’Education Nationale BLOQUE un dossier qu’il doit vous faire parvenir……. (et vous voyez ce qui VOUS arrive)…. je vous informe que si ce dossier n’est pas définitivement réglé d’ici un mois, je vais faire en sorte que cette jeune Ministre, Najat Vallaud-Belkacem, dont les compétences dans le domaine de l’Education sont plus que douteuses, soit mise devant ses responsabilités, PUBLIQUEMENT, mettant aussi en évidence les manœuvres de votre Ministre de la Justice , Taubira, ainsi qu’il apparaît déjà dans son dernier courrier de décembre 2013…

Si vos services ministériels ne disposent pas des « éléments suffisants », pour ma part, je les détiens TOUS….et nombre d’entre eux sont déjà largement connus….

http://educationnationale.unblog.fr/

Michel FOURNIER Crète »

 

Avec l’espoir qu’enfin ma demande va aboutir, je vous adresse l’expression de mes salutations distinguées.

Michel FOURNIER

5 septembre 2014

4 Réponses à “44 ans de vie professionnelle… quel gâchis !”

  1. 4 juillet 2004….. une enseignante « de qualité » a été poignardée à mort par une mère d’élève, devant l’ensemble des enfants de la classe…. à Albi…. j’ai juste voulu, en janvier 1995, qu’un de mes élèves ne procède par un un tel geste…… http://origines1.chez-alice.fr/affcout.doc

    Dernière publication sur MESSARA : Pavlopetri, preuve de l'influence crétoise

  2. Pardon….. 4 juillet 2014….. 19 ans après……

    Dernière publication sur MESSARA : Pavlopetri, preuve de l'influence crétoise

  3. Je viens de lire la totalité de ce dossier.
    Ma conclusion : On ne va pas vers une dictature nous y sommes.
    Nous n’avons plus que des institutions renversées avec des ministères inversés
    Soit en lettres minuscules pour des ministres minuscules
    ministère de l’injustice
    ministère de la maladie
    ministère de l’extérieure
    ministère des conflits internes et externes etc.
    En espérant que la cour de justice européenne le soit encore (mais pour combien de temps)
    Votre faute est d’avoir été un empêcheur de transformer les enfants en moutons dociles. Mais rien ne reste jamais en l’état et aucun état n’est éternel. Un jour ou l’autre la dernière goutte fait déborder le vase et il suffit d’un petit colibri pour faire tomber cette dernière goutte.

  4. 19 ans face a un mur…


Répondre à Chareton Jean-Loup

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rencontresfrance |
AAC GROUP Sarl |
Sidneyetsq |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Profhenchseling
| Du salé au sucré
| Jacobsezki